Blockchain : Quel est son impact sur l’environnement ?

Blockchain, crypto-monnaies, nodes, ledgers, ne sont que quelques-uns des termes les plus en vogue actuellement dans le domaine des nouvelles technologies.

Pourtant, le sens de ces termes peut souvent être flou. Essayons de les comprendre en répondant à certaines des questions les plus courantes dans ce domaine. Qu’est-ce que la blockchain ? Comment ça marche ? Quels sont ses principaux bénéfices ? Mais surtout quel est son impact environnemental ?

La Blockchain : Qu’est-ce que c’est ?

La blockchain est une technologie innovante qui permet de stocker et transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et sans organe central de contrôle. Elle utilise la cryptographie pour suivre les transactions effectuées entre différentes parties. 

Cela peut sembler une définition simple, mais elle englobe quatre grands composants. Qui font de la blockchain, le principal acteur de la révolution numérique. Il s’agit de la décentralisation, possible grâce à l’absence d’intermédiaires et d’autorités centrales. À la transparence et la sécurité des archives publiques partagées. Ainsi que à l’impossibilité de modifier les informations stockées, garantie par un système de suivi des opérations chiffré et incrémentiel.

C’est pour cette raison que la blockchain peut être utilisée pour des transferts d’actifs(monnaie, titres, actions…). Soit pour une meilleure traçabilité d’actifs et produits ou encore pour exécuter automatiquement des contrats.

Le bitcoin est le cas d’usage le plus connu de la blockchain. Il désigne à la fois un protocole de paiement sécurisé et anonyme et une crypto-monnaie

blockchain table

Comment fonctionne la Blockchain ?

Lorsqu’un utilisateur effectue une transaction à travers le réseau blockchain, celle-ci est regroupée avec d’autres transactions connexes au sein d’un bloc. 

Ensuite elle est vérifiée et validée par des membres du réseau à l’aide des techniques cryptographiques. Cette étape que l’on appel minage, permet de vérifier son authenticité et à s’assurer que sa structure est correcte et cohérente par rapport aux précédentes déjà enregistrées.

Une fois validé, le bloc est horodaté et ajouté à la blockchain. L’opération devient ainsi visible et accessible à tous les utilisateurs. Elle ne peut en revanche plus être modifiée, même en cas d’erreur. 

La validation d’une transaction est presque immédiate. Elle peut toutefois varier selon l’importance de l’opération effectuée. 

La Blockchain est réputée très énergivore à cause de son protocole de minage appelé «Proof of Work». Un mécanisme qui ajuste la difficulté des problèmes à résoudre en fonction de la puissance de calcul du réseau. 

Autrement dit, plus il y a de mineurs et plus le bloc à résoudre est complexe, de telle sorte que les besoins d’énergie sont plus importants.

mine charbon

Blockchain et Environnement

Le minage de crypto-monnaies et les impacts environnementaux négatifs qui lui sont associés ont fait la une des journaux ces derniers mois. Il est vrai que l’on estime que la production ainsi que le stockage des bitcoins représentent aujourd’hui la consommation de près de 3 millions de foyers américains.

Il est toutefois important de noter que la consommation d’énergie pour produire un bitcoin est moins importante que celle nécessaire à la production (à valeur égale) d’or ou de pétrole.

Minéraux dont les moyens possibles d’améliorer l’extraction sont minces. Leur recette étant la même depuis des décennies contrairement à la blockchain qui est une technologie innovante aux prémices de son potentiel et donc de sa capacité à devenir écoresponsable. La réduction de son empreinte environnementale est en effet d’ailleurs bien au cœur des enjeux de son développement.

N’oublions pas également la pollution numérique et l’impact de notre économie sur la planète. Aujourd’hui, envoyer/recevoir un email, faire un paiement ou même effectuer des recherches sur internet pollue !

Mais le véritable problème est-ce le fait que la blockchain soit énergivore ? Ou bien que le pourcentage des énergies fossiles dans la consommation d’énergie mondiale soit à l’heure actuelle de 85% ? 

Sachant que les causes de la pollution de l’air sont principalement en relation avec l’ignition de combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz). Je trouve qu’il serait plus judicieux de se préoccuper de la transition vers des énergies propres et renouvelables, plutôt que de condamner une technologie qui peut offrir des solutions pour l’avenir.

Comment la Blockchain peut aider l’environnement ?

La blockchain peut être appliquée dans une gamme infinie de secteurs. Grâce à sa structure non modifiable, qui rend l’interférence pratiquement impossible. La blockchain peut devenir une plate-forme innovante et multifonctionnelle pour l’échange de données, de contrats et de tout autre type d’informations. Elle peut être ainsi utilisée dans des secteurs très éloignés du monde des paiements.

Blockchain et gestion de la chaîne d’approvisionnement

L’utilisation de la blockchain pour tracer le parcours d’un produit peut être une pratique utile. Elle pourrait en effet nous permettre de s’assurer que chaque phase de la chaîne d’approvisionnement est transparente. Ainsi que de donner aux consommateurs la possibilité de consulter des informations non modifiables sur les produits, et de leur permettre de faire des choix plus respectueux de l’environnement.

Les bonnes pratiques de recyclage pourraient être récompensés grâce à la blockchain

De nombreuses personnes doutent encore que les déchets recyclés sont correctement traités. En utilisant la cryptographie pour créer un programme de suivi des déchets certifié et sécurisé. La blockchain pourrait être utilisée pour lancer un système permettant aux citoyens de tracer leurs parcours. Les citoyens les plus responsables, pourraient aussi ainsi être récompensés en échange du recyclage.

montagne kazakhstan

Échanges d’énergie (peer-to-peer) pour protéger l’environnement

Une plate-forme de partage d’énergie basée sur la blockchain pourrait permettre aux entreprises et aux familles d’obtenir d’excellents résultats en investissant dans des installations d’énergie renouvelable. Grâce à la technologie peer-to-peer, nous partageons déjà de la musique, des films, des livres et des jeux vidéo. Alors pourquoi ne pas également envisager le partage d’énergie pour aider l’environnement ?

La blockchain favorise donc activement la création d’énergie verte dans un monde où il n’est pas encore possible de stocker le surplus d’énergie.

De manière générale, et par souci d’économies les projets blockchain (surtout les mines) s’installent dans des zones de surplus énergétique. Souvent des centrales hydroélectriques qui fonctionnent à plein régime et produisent « trop » d’énergie pour des régions peu peuplées. C’est notamment le cas de l’entreprise nantaise de minage, Bigblock, partie s’installer au Kazakhstan.

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: